Ils ont passé (une partie de) leur vie à faire une web-série/film…

Posté le 29 septembre 2015 dans Actualités

La production d’une série ou d’un film est un véritable parcours du combattant pour qui s’y aventure…
Nous voulions donc vous présenter trois fous qui s’y sont lancés têtes baissées.

The making of SaturdayMan
Samuel Buisseret – Raphaël Hernandez et Savitri Joly-Gonfard

Comment une chanson inspirée des plus grands tubes de Bernard Minet et une passion pour l’univers de Matrix a pu amener trois réalisateurs à consacrer des années de leur vie à réaliser un film ou une série ?
Un élément de réponse se trouve dans les passionnants making-of(s) de ces deux créations -françaises!- uniques sur le web.

Entre mauvaises rencontres, tournage fauché et fausses promesses, ces réalisateurs ont consacré une partie de leur vie à mettre sur écran une idée parfois bête mais qui leur tenait particulièrement à cœur.
Ces making-of nous immerge complétement dans leur aventures et l’on se rend compte comment ils ont été petit à petit submergés par la démesure de leur projet.
Quand on se passe des circuits de production traditionnel et que l’on réalise son projet sans aucune aucune aide financière, ni structure le chemin est forcément long et fastidieux.
Samuel Buisseret, réalisateur de Saturday Man parle d’un « accident contrôlé« ;  la formule est plutôt bien trouvé car après de grosses désillusions sur son projet, Samuel a enfin trouvé un diffuseur/producteur pour mettre en boite une saison  complète. Mais avant cela, toute l’équipe doit passer par la case du « financement participatif » sur Ulule pour boucler un épisode pilote qui donnera le ton de la saison.

Quand à l’équipe de Kaydara, ils ont quitté les Hautes-Alpes pour ouvrir leur société de production en région parisienne (nous les avions rencontré pour Format Court). Seth Ickerman est donc né d’un film qui aura mis six ans à voir le jour et on souhaite toute la réussite et le succès possible à ces trois réalisateurs qui ont illustrent parfaitement la définition du mot « passionné »….